qui sommes nous    phototeque    blog

 

 

Vues aériennes dans le Blog

La France vue du ciel - Bordeaux Photo Aerienne

2 décembre 2020

Vues aériennes de la région Aquitaine. Bordeaux et les plus beaux sites du Grand Sud Ouest vus du ciel avec la société Aéro Photo Industrie. Nouvelles, curiosités et photos insolites. Photos gratuites pour utilisations non commerciales.
  • A deux pas de Bordeaux, un bien d'exception
    Bonjour à toutes et à tous, Quebec 2 fois est toujours en maintenance dans un hangar... De retour peut être cet été ? En attendant le plaisir de le retrouver après une très très longue période des plus compliquée, voici quelques images rafraîchissantes  d'un drone spécialisé en...
  • Pas de QQ, mais des mots et des photos...
    QQ est aphone mais à sa demande et en direct de Saucats:  Mon Cessna préféré ayant appris à lire (il s'ennuie parfois dans son hangar)... il voudrait en faire profiter le plus grand nombre (méthode globale par l'image bien-sûr). Ouverture donc d'une  librairie en...

    La suite...
  • Bordeaux Fête le vin 2016
    Jeudi 23 juin 2016 Je décollais au départ, uniquement pour étudier le stationnement dans la zone de la future salle de spectacle de Bordeaux... (Bordeaux Métropole ARENA) mais comment résister au spectacle que j'entrevoyais derrière mon hélice... Fidèle au poste, comme quasiment à...
  • L'aérodrome des Créateurs (non! le Jardin peut être...) Québec 2 fois s'y pose à partir de cette fin de semaine!
    Dès vendredi 13h, Québec 2 fois expose quelques photos au "Jardin des Créateurs" à St Selve ! (les 24 - 25 -26 juin, 2 rue du Gastounet à Saint Selve). Ne me demandez pas ce qu'il a voulu photographier, et où cela se situe... je n'en sais rien!!! Québec 2 fois photographie tout...
  • Euro 2016 à Bordeaux !
    ZUT !!! heu non, ZIT !!! que j'ai dit avant de m'élancer de la piste de Saucats... Je voulais aller surveiller la préparation de la Fan Zone sur la place des Quinconces, mais les 1700 pieds habituels au dessus de Bordeaux m'auraient conduit tout droit dans la ZIT !!! et là: ZUT!!! impossible,...
  • Naissance du quartier Ginko à Bordeaux Lac
    Un an de plus qu'il vient de faire Québec 2 fois !!! Oh vieillesse ennemie... mon moteur et mon hélice tournent toujours aussi rond, mes ailes me portent toujours aussi bien, toujours aussi cabot... mais de plus en plus nostalgique du temps où secondé par le général, je bombardais allègrement...

Ce site est listé dans la catégorie Commerce et économie : PME et PMI de l'annuaire Actualité du référencement et Dictionnaire

La ville de Bordeaux

Index de l'article

Les armes de la ville sont « De gueules, à la Grosse Cloche ouverte, ajourée et maçonnée de sable et sommée d'un léopard d'or ; à la mer d'azur chargée d'un croissant d'argent ; au chef de France ancien. »

Dans les anciennes armoiries de la Ville de Bordeaux, les Fleurs de lis représentent les armes des rois de France ; le léopard rappelle les armes de la province de Guyenne dont Bordeaux était la capitale ; le Château reproduit les tours de l'ancien hôtel de ville dont il reste aujourd'hui la Grosse Cloche ; le Croissant figure la courbe décrite par la Garonne devant la ville qui était nommée "port de la lune" ; les eaux du fleuve baignent les tours de l'hôtel de ville.

Bordeaux Couronne

Les croissants entrelacés qui sont les petites armoiries ou le chiffre de Bordeaux ont pour origine le croissant symbolique qui figure seul dans les armes de la ville. Ils furent aussi le chiffre de Diane de Poitiers.

On ne les trouve pas avant le milieu du XVIIe siècle. Au XVIIIe siècle, on les trouve fréquemment par exemple sur le fronton de la fontaine Saint-Projet (1736). De nos jours, ils figurent un peu partout et marquent discrètement tout ce qui est la propriété de la ville.

Pour couronne, Bordeaux a une couronne murale à sept créneaux (ville de premier ordre) d'or. En lieu et place de cette couronne murale, on fait souvent figurer sur les armes de cette ville une couronne comtale, qui rappelle que la jurade de Bordeaux (conseil municipal, sous l'Ancien Régime) possédait le comté d'Ornon (comprenant approximativement les actuelles communes de Gradignan et de Villenave d'Ornon) depuis le XVIe siècle. Ainsi la ville de Bordeaux est l'une des très rares collectivités locales, en France, qui "porte" un titre de noblesse remontant avant la Révolution française !

Comme supports : deux antilopes blanches colletées d'une couronne fleurdelisée d'or et enchaînée du même.

Et sa devise restera :

LILIA SOLA REGVNT LVNAM, VNDAS, CASTRA, LEONEM, « Les lis seuls règnent sur la lune, les flots, le château et le lion ».

 

Histoire

L'Antiquité

Le premier nom de Bordeaux, fut Burdigala, à l'époque romaine. Au niveau linguistique, Burdigala pourrait être un nom basco-aquitain. « Burdi » signifierait fer et « Gala » se traduirait par fonte. Burdigala pourrait donc signifier « Fonte du fer », désignant ainsi un lieu où on forgeait des armes et des objets de la vie courante. Le nom aurait ensuite évolué en « Bordigala », puis en « Bordale » en Euskara (basque), « Bordèu » en gascon et finalement en « Bordeaux ».

Bordeaux fut fondée au IIIe siècle av. J.-C. sous le nom de Burdigala par les Bituriges Vivisques (littéralement 'Bituriges déplacés'), qui sont un peuple gaulois de la région de Bourges. Le premier emplacement est situé à l'embouchure de la Devèze, un affluent de la Garonne, proche de la Gironde. La naissance de Bordeaux n'est pas liée aux qualités du site, car, ville d'embouchure située sur une avancée du plateau landais, elle fut longtemps cernée de marais pestilentiels.

Il s'agissait à l'époque d'un emporium, c'est-à-dire un comptoir de commerce, contrôlant les routes de l'étain et du plomb entre les ports gaulois de la Loire et la République romaine. Après l'occupation romaine, Burdigala se développa et finit par devenir une des villes les plus opulentes de la Gaule. Au IIIe siècle, elle ravit même à Mediolanum Santonum (Saintes) le titre de capitale administrative de la province d'Aquitaine. La ville fut particulièrement prospère sous la dynastie des Sévères (193-235), elle englobait alors le mont judaïque, actuel quartier Saint-Sernin. Mais en 276, la ville fut pillée par les Vandales et s'enferma dans ses murs. La ville continua à briller pendant près d'un siècle, illustrée par ses poètes chrétiens (Ausone, 309-394) et ses saints (saint Paulin de Nôle, 353-431).

Mais cette période de prospérité de Burdigala fut interrompue par différentes invasions: les Vandales en 409, les Wisigoths en 414 et les Francs en 498. Au Xe siècle la ville fut également pillée par les Normands. La ville de Bordeaux sombre alors dans une longue période d'obscurité.

Il faut attendre le XIIe siècle pour que Bordeaux retrouve sa splendeur. En effet, suite au mariage d'Aliénor d'Aquitaine, ancienne épouse de Louis VII, avec Henri II Plantagenêt en 1154, la ville devient anglaise. Elle le restera pendant trois siècles, tout comme l'Aquitaine, qui, prononcée à l'Anglaise, devient la Guyenne. Bordeaux s'agrandit et se dote d'une deuxième enceinte. C'est au cours du XIIIe siècle que Bordeaux redevient prospère grâce au commerce du vin avec l'Angleterre. C'est à cette époque que la cathédrale Saint-André est construite. Son archevêque, Bertrand de Got, devient pape sous le nom de Clément V en 1305. De 1362 à 1372, sous le règne du Prince Noir, Bordeaux devient capitale d'un État indépendant, mais le Prince Noir dû renoncer à son projet d'ériger la Guyenne en État souverain.

En 1453, suite à la bataille de Castillon, la ville redevient une possession française et la guerre de Cent-Ans s'achève. Mais la ville n'apprécie guère la tutelle du Roi de France. Afin de surveiller la ville devenue hostile, le roi Charles VII fait bâtir à Bordeaux le Château Trompette et le Fort du Hâ. Le commerce du vin avec l'Angleterre s'arrête et la ville perd alors sa prospérité. En 1462, le roi Louis XI rend ses libertés à la ville en lui donnant un Parlement.

L'époque moderne

En 1585, Montaigne devient maire de Bordeaux. La ville s'apaise et trouve une nouvelle source de profit dans le commerce du pastel de Garonne.

Pendant les luttes de la Fronde entre la noblesse française et le Roi, les bourgeois bordelais forment la Conjuration de l'Ormée. Ce n'est qu'en 1653, après que le jeune Louis XIV eut fait son entrée dans la ville soumise par les armes, que Bordeaux acceptera enfin de faire partie du royaume de France.

Bordeaux connaît sa seconde apogée du milieu du XVIIe siècle jusqu'à la Révolution française. Cette prospérité provient à nouveau de son port. La ville commerce le vin, mais aussi le sucre colonial et les esclaves. Au même titre que Nantes, elle devient en effet un centre négrier et s'enrichit beaucoup grâce au commerce triangulaire. Les archevêques, les intendants et les gouverneurs installés par le Roi, embellissent la ville, assèchent les faubourgs marécageux et insalubres et aménagent les anciens remparts. Les intendants Tourny et Boucher feront, à moindre échelle, ce que fera 100 ans plus tard le Baron Haussmann à Paris. L'architecte Nicolas Portier construit, à la place des portes fortifiées de la vieille ville, des arcs de triomphe majestueux comme la Porte d'Aquitaine ( Place de la Victoire), la Porte Dijaux (Place Gambetta/ Rue Porte Dijaux), la Porte de la Monnaie (Quai de la Monnaie) ou encore la Porte de Bourgogne (Place Bir-Hakeim). La ville se dote également d'un Opéra construit par Victor Louis.

L'architecte de Louis XV, Ange-Jacques Gabriel, crée à la demande de Tourny le Jardin Public, voulu comme un espace vert et un haut lieu de promenade qui rencontre très vite la faveur des Bordelais. Gabriel construit aussi la vitrine de la ville : la place de la Bourse, magnifique ensemble XVIIIe de type versaillais, qui donne sur les quais. Elle sert dans un premier temps d'écrin à la statue équestre du roi Louis XV, statue fondue en 1792 et remplacée en 1869 par la fontaine des Trois Grâces, réalisée d'après des plans de Louis Visconti [1]. La ville deviendra une des capitales européennes des Lumières dont Montesquieu fut le précurseur.

Bordeaux va beaucoup souffrir pendant la Révolution, le Consulat et le premier Empire. En effet pendant ces trois périodes, la ville ne peut plus commercer via l'Atlantique. La ville songera alors à se révolter à l'appel des députés girondins, mais Jean-Lambert Tallien y fait régner la Terreur.

L'époque contemporaine

Quand le premier Empire s'effondre, la ville sera la première à accueillir les princes de la maison de Bourbon. La période révolutionnaire rendit obligatoire le doctorat ; à partir de 1824, l’entrée à l’École exigea le baccalauréat. Les trois écoles au XIXe siècle auront une haute réputation, souvent désignées sous le nom d'Écoles de Santé Navale.

À partir de 1840, la ville redevient un grand port colonial et commerce à nouveau avec l’Afrique. À la fin du siècle, la ville s'industrialise avec des entreprises chimiques, métallurgiques, alimentaires et les huileries. Au même moment le phylloxéra touche le vignoble.

Le 7 mai 1841, la première ligne de chemin de fer est ouverte entre Bordeaux et la Teste. Les trains partent alors de la première gare de Bordeaux, la gare Bordeaux-Ségur située rive gauche. En 1852, la ligne entre Bordeaux et Angoulême est ouverte permettant de relier Bordeaux à Paris. Les trains à destination de la capitale partaient de la gare de Bordeaux-Orléans située rive droite.

En 1870, Léon Gambetta forme un gouvernement à Tours qui devra se replier à Bordeaux. Antoine Alfred Eugène Chanzy rejoint le gouvernement à Bordeaux où il prône la poursuite de la résistance.

Dans les années qui suivirent la guerre de 1870, le corps de Santé de la Marine va connaître une crise et un déclin de ses trois écoles. C'est en 1890 que le projet du Ministre Édouard Barbey fut adopté, projet prévoyant la création d'une École du Service de Santé pour la Marine puis d'une Faculté d'État et l'existence de trois annexes.

C’est à Bordeaux, le 5 novembre 1890, qu’est inaugurée l’École Principale du Service de Santé de la Marine et des Colonies dans un ancien asile d’aliénés. Elle a pour mission de former des médecins et des pharmaciens. L’emplacement de l’École devait être provisoire mais il devient définitif avec la construction d'un bâtiment sur le cours Saint-Jean et d’un autre sur la rue Ferbos.

Pendant la Première Guerre mondiale, Paris étant menacée par l’avancée des armées allemandes, le gouvernement français se replia vers Bordeaux. La ville connaîtra alors une certaine prospérité grâce aux usines d’armement. En 1917, la ville devient le point de passage des soldats des "États-Unis d'Amérique". Elle est aussi à cet instant la ville de l’Action Française et des ligues qui rendent le climat politique agité.

La Seconde Guerre mondiale, marque une nouvelle période de troubles pour Bordeaux. La ville devient en 1940, pour la troisième fois de son histoire, le siège du gouvernement. Le fait que Bordeaux ait été le siège du gouvernement lorsque la France était en danger lui a valu le surnom de "capitale tragique". En juin 1940, alors que le gouvernement français s’apprête à signer l'armistice, le consul du Portugal, Aristides de Sousa Mendes délivre près de 30 000 visas à des réfugiés fuyant l’avancée de l’armée allemande. La ville est ensuite occupée par les nazis avec des collaborateurs zélés comme le maire Adrien Marquet ou le préfet Maurice Papon. Le port de Bordeaux acquiert durant la guerre un rôle nouveau et majeur dans l’économie de guerre du Reich. Une base sous-marine bétonnée est construite et des cargos forcent le blocus britannique pour approvisionner l’Allemagne en matières premières (caoutchouc naturel notamment) venus d'Extrême-Orient. Le maire de Bordeaux, Adrien Marquet, s’engage dans la collaboration aux côtés de Marcel Déat avec lequel il avait fondé avant-guerre le parti des Néo-Socialistes, proches des idées fascistes. Après avoir quitté Périgueux et Agen le 19 août 1944 et Pau le 20, les Allemands quittent Bordeaux le 28 août 1944.

En 1947, Jacques Chaban-Delmas, général de la Résistance, devient maire. Il industrialise la ville alors que le négoce s’effondre. Il restera maire jusqu'en 1995, année où Alain Juppé obtient le poste de maire et qui tenta de redonner à la ville un second souffle et pour ce faire engagea une rénovation de la ville, une réhabilitation de certains quartiers, la construction d'un tramway. Suite à sa condamnation en 2004, Alain Juppé est remplacé par Hugues Martin.

La ville est traversée par la Garonne. C’est un port accessible aux navires de haute mer. Mais la plupart s’arrêtent plus en aval sur la Gironde, principalement au Verdon. Elle possède le dernier pont en aval sur la Garonne, le pont d’Aquitaine. Au-delà, la Garonne, puis la Gironde, ne sont franchissables que par des bacs.

L’agglomération s’est développée à un rythme rapide, du fait d’un fort étalement urbain. Cet étalement est notamment lié au fait que les habitations de l’agglomération bordelaise excèdent rarement trois, voire deux niveaux, y compris dans les faubourgs proches du centre-ville.

En centre-ville, l'opération de transformation du quartier de Meriadeck a visé à séparer les circulations piétonnes et automobiles, en construisant une dalle piétonne au-dessus de la voirie. Le bilan de cette opération est contesté.

Climat

Le climat de Bordeaux est de type océanique ce qui se caractérise par un écart plus faible entre les températures hivernales et estivales. Les hivers y sont très doux et les étés sont chauds. Les précipitations sont fréquentes et réparties tout au long de l'année avec 820 mm d'eau et environ 150 jours pluvieux par an. L'été, les précipitations sont souvent dues à des orages de chaleurs. En juillet 1883, les plus importantes précipitations jamais tombées en France en 30 minutes ont été observées à Bordeaux.

Les températures moyennes sont de 3,5°C en janvier et de 20°C en août soit une moyenne annuelle de 14,5°C. Bordeaux connaît en moyenne 18 jours en été où les températures dépassent les 30°C. Des températures extrêmes peuvent aussi être observées comme lors de l'été 2003 où la température a atteint 41°C. Ce même été, il y a eu 12 jours consécutifs où les maximales ont atteint ou dépassé les 35°C. Bordeaux bénéficie d'un ensoleillement élevé avec environ 2000 heures de soleil par an.

Bordeaux a connu des hivers très froids en 1985 et en 1987, puis une sécheresse de 1988 à 1992. Plus récemment Bordeaux a connu une sécheresse importante de 2002 à 2005 avec des années remarquables comme 2003 et 2005.

La rive gauche de la Garonne, où se situe la majeure partie de la ville, se compose de grandes plaines, souvent marécageuses (comme vers Bordeaux-Lac). Bien qu'il y ait quelques collines, l'altitude moyenne de la rive gauche est faible. Ces plaines sont formées de sédiments et le sous-sol est principalement composé de gravier. Les sols y sont maigres, perméables à l'eau et stockent facilement la chaleur. Ces sols sont cependant tout à fait adaptés à la viticulture. La ville de Bordeaux est située entre le Médoc (en aval) et les Graves (en amont) qui sont très semblables au niveau géologique. La rive droite est très différente puisque l'on passe presque directement à un plateau de chaux. L'altitude passe alors de façon abrupte à 90 mètres. C'est sur ce même plateau, à environ 20 kilomètres, que se situent des domaines viticoles mondialement connus comme Saint-Emilion, Pomerol et Fronsac, où l'on trouve certains des vins les plus chers au monde.

La ville de Bordeaux est divisée en huit arrondissements (voir carte des cantons). Les arrondissements 1 à 6 sont situés sur la rive gauche de la Garonne en bordure du fleuve. Le septième correspond à la rive droite et au quartier de la Bastide. Enfin, le huitième correspond au quartier de Caudéran. Cette division purement administrative n'ayant rien d'historique, les habitants s'identifient plus à leur quartier qu'à leur arrondissement.

La ville peut aussi être divisée en trois parties :

  • la vieille ville de Bordeaux
  • les anciens faubourgs (partie située à l'intérieur des boulevards)
  • les quartiers extérieurs (comme Bordeaux-Lac ou Caudéran). Les types de logement et d'activité sont très différents dans ces trois parties de la ville.

La vieille ville

La vieille ville de Bordeaux est la partie située à l'intérieur des anciens murs de la ville, qui correspondent aujourd'hui aux cours de Verdun, Clémenceau, place Gambetta, cours d'Albret, cours Aristide Briand, place de la Victoire, et cours de la Marne. À l'est, la vieille ville est délimitée par la Garonne.

On trouve deux grands axes qui traversent la partie historique de la ville: la rue Sainte-Catherine qui coupe la ville du Nord au Sud et le cours Victor Hugo, prolongé par le pont de Pierre qui coupe la vieille ville d'Ouest en Est.

La rue Sainte-Catherine, rue piétonne de près de 1,5 kilomètres, relie la place de la Comédie (Grand Théatre) et la place de la Victoire, où se situe encore des vieux bâtiments de l'Université (Université Bordeaux 2). La rue Sainte-Catherine et les quartiers situés à l'Ouest de cette rue sont très commerciaux. A l'Est de la rue, jusqu'aux quais, se situent des quartiers de logement.

L'axe Est-Ouest, formé par le pont de Pierre, seule traversée de la Garonne de la vieille ville, est le cours Victor Hugo, coupe le vieux Bordeaux en une partie Nord, plus aisée, et une partie Sud, plus pauvre.

Dans le quart Nord-Ouest de la vieille ville (quartier des Quinconces et de l'Hôtel de Ville), se situent des restaurants et des cafés aisés, des établissements bancaires et des prestataires de services financiers, ainsi que des commerces de luxe. C'est dans cette partie Nord-Ouest que se situe le "Triangle d'Or" de Bordeaux. Ce secteur, dont la forme est un triangle presque équilatéral délimité par les cours Clémenceau, de l'Intendance et les allées de Tourny, est considéré comme la vitrine du luxe bordelais. En 1789, l'actuel "Triangle d'Or" n'était qu'un espace de couvents, mais lors de la révolution, ces biens du clergé furent réquisitionnés et la ville se trouva en possession de vastes terrains vacants. C'est en 1790 que l'architecte Chalifour proposa un plan de réorganisation du quartier, avec une place centrale (place des Grands-Hommes) et des rues rayonnantes. Les travaux commencèrent en 1792, mais furent interrompus par la Terreur et ne reprirent qu'en 1797. Les rues furent baptisées du nom des grands esprits ayant inspiré la Révolution Française (Montesquieu, Rousseau, Voltaire). De nos jours, le cours de l'Intendance, rénové et devenu piéton avec l'arrivée du tramway, permet d'admirer les façades du XVIIIe et du XIXe siècle de ces bâtiments luxueux.

Dans la partie Nord-Est (quartiers Saint-Pierre et Saint-Eloi), se trouvent de nombreux restaurants, hôtels et bistros. Au bord de la Garonne se situent les quais, en plein réaménagement depuis l'arrivée du tramway. L'aménagement de la face Est de la ville, tournée vers le fleuve, date du XVIIIe siècle. Le but était de donner une bonne impression aux voyageurs arrivant du fleuve. La place de la Bourse, ancienne place Royale, fut inaugurée en 1755.

La partie Sud-Ouest de la vieille ville (autour de la place de la Victoire) se caractérise par la présence de nombreux étudiants. Le quartier est en effet proche d'une partie de l'Université Bordeaux 2 et est aussi bien desservi par les transports en commun en direction du domaine universitaire (notamment la ligne B du tramway), ce qui explique en partie la présence de nombreux étudiants. Ce quartier est aussi un lieu de résidence de la classe moyenne.

Enfin, la partie Sud-Est du centre ville (autour des Capucins, de Saint-Michel et de Sainte-Croix) est un lieu de résidence des populations aux revenus plus faibles (personnes âgées, ouvriers, chômeurs et immigrés). C'est également dans ce secteur de la ville que se situe la gare Saint-Jean, construite au XIXe siècle.

Les anciens faubourgs

A l'extérieur des murs de la ville, les cours actuels, des faubourgs sont apparus. De nos jours, ces faubourgs, compris entre les cours et les boulevards, entourent la vieille ville. Malgré quelques exceptions, le développement de ces quartiers s'est fait de façon semblable. Au Nord, le long de la Garonne, se situent les quartiers du Grand-Parc et des Chartrons. Ces quartiers abritaient de nombreux commerçants en vin. La rénovation actuelle des quais du quartier des Chartrons et l'arrivée prochaine du tramway dans ce quartier ont entraîné une augmentation importante du prix de l'immobilier. Le quartier Saint-Seurin, situé au Nord-Ouest et construit autour du Palais Gallien, est un lieu d'habitation aisé. Ce quartier et le quartier des Chartrons accueillent de nombreux consulats.

A l'Ouest de la ville s'élève le quartier Mériadeck. Le nom de ce quartier rappelle celui du prince cardinal de Rohan (qui a aussi donné son nom au palais Rohan). C'est un quartier moderne, essentiellement commercial et administratif, connu aussi sous le nom de quartier de l'Hôtel de Ville. Pendant longtemps, cette partie de la ville ne fut qu'un vaste marais bordant la ville. Mais les maladies dues à la présence de ce marais (et notamment la peste) ont conduit au XVIIe siècle à son assèchement. Au XIXe siècle, des échoppes y sont construites et une population pauvre, ouvrière et artisane s'y installe. En 1955, la municipalité dirigée par Jacques Chaban-Delmas décide la rénovation totale de ce quartier pauvre. Le projet prévoit la construction d'immeubles "barres" typiques de ces années. En 1963, la rénovation devient restructuration et le quartier Mériadeck sera finalement le quartier "des affaires" de Bordeaux avec des bâtiments modernes commerciaux et administratifs, ainsi que des équipements sportifs. De nombreuses administrations et services sont regroupés dans ces grands bâtiments, dont la hauteur a finalement été limitée, construits autour d'un jardin central. De plus, la circulation automobile et celle des piétons ont été séparées par la construction d'une dalle, l'actuelle esplanade Charles de Gaulle. Ce quartier abrite de nos jours des centres commerciaux, la Communauté urbaine de Bordeaux, la préfecture de la région Aquitaine, le Conseil général de la Gironde et certains services du Trésor public. Ce quartier voulu par Jacques Chaban-Delmas a de nombreux détracteurs, notamment à cause de l'architecture du quartier (typique des années 1960-1970), de la séparation des voitures et des piétons et de l'utilisation massive du béton. Cependant certains bâtiments plus récents (comme la préfecture d'Aquitaine) tendent à rajeunir l'architecture vieillissante de ce quartier. Ce quartier a quand même eu des points positifs, il a notamment permis la construction de bâtiments administratifs et commerciaux à proximité du centre ville sans dégrader l'architecture historique du vieux Bordeaux. Les quartiers autour de Mériadeck sont composés de nombreuses échoppes, maisons à un étage typiquement bordelaises, qui accueillent des habitants de la classe moyenne.

Au Sud-Ouest, le quartier Saint-Genès abrite une population aisée voire bourgeoise. Enfin, les quartiers Sud (Nansouty, barrière de Toulouse, Saint-Jean, Belcier...) accueillent une population aux revenus modestes. La présence de zones industrielles, de nombreuses voies ferrées de la SNCF et d'infrastructures telles que les abattoirs centraux ternissent nettement l'image des quartiers Sud, notamment de ceux situés près de la Garonne. D'une manière générale, que ce soit dans la vieille ville ou dans les anciens faubourgs, la partie Sud accueille une population plus pauvre que les quartiers Nord.

Les quartiers extérieurs

La rive droite de la ville s'est longtemps développée loin du regard des urbanistes de la rive gauche, et de manière plus anarchique. Les quartiers de la Bastide et de Bénauge qui composent cette partie de la ville accueillent une population modeste mais aussi de nombreuses industries. La rive droite comporte aussi de nombreuses friches industrielles qui dégradent fortement l'image de ces quartiers qui font face à la rive gauche. Cependant depuis une dizaine d'années, des plans de rénovations de cette partie de la ville ont vu le jour. De nouveaux bâtiments résidentiels devraient être construits ainsi qu'un pôle universitaire qui devrait être inauguré à la rentrée 2006. L'arrivée du tramway sur la rive droite a également permis de rénover une partie de ces quartiers comme la place Stalingrad ou l'avenue Thiers.

Sur la rive gauche, au Nord de la ville se situent les quartiers de Bordeaux-Lac et de Bacalan. La construction du quartier de Bordeaux-Lac fut entreprise par la municipalité dirigée par Jacques Chaban-Delmas, après l'assèchement de marais et la création d'un lac artificiel. Ce quartier accueille des tours de logement, quelques bureaux et des centres commerciaux. Le parc des expositions y a aussi été construit. Le bilan de la construction de ce nouveau quartier est mitigé, ce quartier étant peu attractif et trop excentré. C'est dans ce quartier que se situe le pont d'Aquitaine construit avec la rocade à la même époque. L'arrivée du tramway en 2007 ou en 2008 pourrait redynamiser ce quartier. Le quartier de Bacalan est construit près des bassins à flot et de l'ancienne zone portuaire de Bordeaux. Ce quartier qui abritait autrefois les dockers accueille aujourd'hui une population modeste. Là aussi, l'arrivée du tramway et la restructuration du quartier et des anciens hangars devraient modifier profondément ce quartier.

A l'ouest se situe Caudéran. Cette ancienne ville de l'agglomération a fusionnée avec Bordeaux en 1965 et est maintenant un des quartiers de la ville. Cette ancienne banlieue "chic" de Bordeaux est maintenant un des quartiers les plus calmes de la ville. Sa fusion a permis le développement de Bordeaux vers l'Ouest. Le parc bordelais, plus grand espace vert de la ville se situe dans ce quartier. Au Sud-Ouest, Saint-Augustin accueille une population de la classe moyenne supérieure. C'est dans ce quartier que se situent le stade Chaban-Delmas (ou Lescure), l'hôpital Pellegrin (CHU de Bordeaux) et la faculté de médecine (Université Bordeaux 2).

Démographie

La ville de Bordeaux compte 229 500 habitants (recensement 2004), l'agglomération compte 753 931 habitants (recensement 1999). C'est la septième agglomération française après Paris, Lyon, Marseille, Lille, Nice et Toulouse. L'aire urbaine compte 925 253 habitants (recensement 1999), c'est la septième aire urbaine française. Après une période de rapide dépeuplement (280 000 habitants en 1946, 215 363 habitants en 1999) et d’importants travaux de rénovation des quartiers les plus anciens, la population de la ville centre recommence à augmenter (229 900 habitants au recensement 2005) .

Les recensements menés par l'INSEE en 2004 et 2005 montrent que la population bordelaise compte 126 046 ménages et 139 707 logements. Parmi les 229 900 bordelais, la part des hommes représente 46%, celle des femmes 54%. L'état matrimonial de la population bordelaise de 15 ans et plus indique que 54% de la population est célibataire, 32% marié(e), 8% divorcé(e) et 6% veuf ou veuve. Le nombre moyen de personne par ménage est de 1,8.

Économie

 

Population de Bordeaux de 1350 à 2005

1350

1375

1420

1660

1750

1790

1801

1936

1946

30 000

10 000

20 000

40 000

60 000

111 000

91 000

258 000

280 000

1954

1962

1968

1975

1982

1990

1999

2002

2005*

284 494

278 000

266 000

223 000

208 159

210 336

215 363

218 948

229 900

Estimations avant 1801 ; recensements à partir de 1801; * Estimation de l'INSEE au 1er juillet 2005

Viticulture

Pour approfondir, voir l'article Vignoble de Bordeaux.

Bordeaux est la capitale mondiale du vin. À proximité de Bordeaux, un vignoble important produit de nombreux vins, dont certains parmi les plus prestigieux du monde, collectivement désignés sous le terme de vins de Bordeaux, ou simplement de bordeaux. Il y a autour de Bordeaux 14 000 producteurs de vin, 117 514 hectares de vigne, 400 négociants et un chiffre d'affaires de 14,5 milliards d'euros. La production annuelle est de 700 millions de bouteilles, vins de consommation courante et vins de qualité supérieure confondus.

Ce sont des vins blancs ou rouges, ces derniers sont à l'origine de la couleur bordeaux. Les vins rouges sont généralement produits à partir de cépages Cabernet-sauvignon, Merlot, Cabernet franc, Petit Verdot, Malbec, et de moins en moins fréquemment de Carménère. Les vins blancs sont produits à partir de cépages Sauvignon blanc, Sémillon et Muscadelle.

Le vignoble bordelais est subdivisé en cinq régions : l'Entre-Deux-Mers, le Libournais, le Bourgeais-Blayais, les Graves et le Médoc. Les terroirs les plus célèbres sont ceux de Saint-Émilion, Pauillac, Saint-Estèphe, Sauternes et Pomerol. Un classement des vins de Bordeaux est établi depuis 1855, mais il est fortement remis en question par la critique et certains producteurs du fait de son caractère presque immuable.

Actuellement, le vignoble bordelais connaît une relative crise en raison de la concurrence internationale et de la baisse des prix. Ces dernières années, le nombre de producteurs a diminué de façon significative.

Industrie

Mais Bordeaux est aussi une ville industrielle. Bien que l'industrie bordelaise ait souffert ces dernières décennies (rive droite de Bordeaux), la ville a su se repositionner dans les technologies de pointe et les nouvelles technologies, notamment l'aéronautique. L'agglomération bordelaise est en effet un pôle majeur dans le secteur aéronautique spatiale et de défense, qui y emploie plus de 20 000 personnes. Sont notamment implantées à Bordeaux les entreprises Dassault, Safran (l'ancienne Snecma) et Thales. C'est notamment en périphérie de Bordeaux que sont construits les avions Falcon, le cockpit de l'Airbus A380, les propulseurs d'appoint de la fusée Ariane et le missile servant de vecteur à l'arme nucléaire, embarqué dans les SNLE, le M-51. Il est prévu que le laser Mégajoule soit implanté en périphérie de Bordeaux : ce projet, capital pour le renouvellement du dispositif de dissuasion nucléaire français, dans lequel le ministère de la Défense compte investir plus de deux milliards d'euros, serait associé à un pôle industriel en industrie optique et laser de niveau européen.

Sont aussi présentes la pétrochimie et l'industrie pharmaceutique (Sanofi-Aventis, ainsi que l'industrie agroalimentaire (LU), et en particulier les vins et spiritueux (Marie Brizard, Ricard), mais aussi bien sûr les vins de Bordeaux, secteur dans lequel certaines entreprises peuvent être considérées comme de véritables industries.

Services

Le secteur tertiaire reste dominant dans la capitale girondine notamment grâce à la forte attractivité commerciale et à une concentration des services liés aux entreprises. De plus, le tourisme est en plein essor, Bordeaux disposant d'un riche patrimoine historique et servant de relais vers les côtes d'Aquitaine et l'arrière-pays qui bénéficie considérablement des progrès du tourisme rural.

Port autonome de Bordeaux

Pour approfondir, voir l'article Port autonome de Bordeaux.

La ville de Bordeaux a également une activité portuaire importante. En effet, le port autonome de Bordeaux accueille chaque année 1 600 navires et traite environ 9 millions de tonnes de marchandises (dont 4,1 millions de tonnes d'hydrocarbures). Le port autonome de Bordeaux accueille également les éléments de l'A380 en transit vers Toulouse.

Chômage

Le chômage reste élevé, touchant près de 20 000 personnes.

Répartition des actifs (1999, INSEE):

  • Secteur primaire: 0,3%
  • Secteur secondaire: 10,7%
  • Secteur tertiaire: 89%
  • Taux de chômage: 12% (2004)

Entreprises

Quelques sociétés de renom basées à Bordeaux ou dans son agglomération :

 

 

 


 

 

 

 

Les Transports

Routes et autoroutes

Bordeaux est un noeud routier et autoroutier important de la façade Atlantique, c'est notamment un passage obligé pour se rendre de Paris et de l'Europe du Nord à la façade atlantique de l'Espagne. La ville est reliée à Paris par l'autoroute A10, à Périgueux et à Clermont-Ferrand par l'A89, à Toulouse par l'A62, et à l'Espagne par l'A63. Bordeaux est équipé d'une rocade (N230 et A630) qui est souvent saturée l'été et lors des grands départs en vacances. Afin de désengorger la rocade, un projet de grand contournement de Bordeaux est à l'étude, il permettra de relier l'A10 à l'A63 sans passer par Bordeaux et ainsi de dévier les camions.

Rocade

Sorties
02  -> Bordeaux-Bastide
04  -> Bordeaux-Centre, Bordeaux-Nord, Bordeaux-Lac, Parc des expositions, Centre routier
04a  -> Parc des expositions
04b  -> Centre hôtelier du lac
05  -> Bordeaux-Fret
09  -> Bordeaux-Caudéran
21  -> Bordeaux-Centre, Gare St Jean, M.I.N. (Marché d'Intérêt National)
24  -> Bordeaux-Centre, Haut-Floirac, Bergerac, Tresses

Chemin de fer

Passerelle Gustave Eiffel


La gare Saint Jean et le nouveau terminus Tramway

Travaux de construction du nouveau franchissement ferroviaire (novembre 2006)

Les chemins de fer font leur apparition en 1841 à Bordeaux avec l'ouverture de la ligne entre Bordeaux et la Teste par la Compagnie de chemin de fer de Bordeaux à La Teste. La première gare de Bordeaux (Bordeaux-Ségur) est alors inaugurée. Cette gare fut remplacée par une caserne et se situait au niveau de l'actuelle rue de Pessac.
En 1852 la Compagnie du Paris-Orléans ouvre la ligne entre Bordeaux et Angoulême permettant la liaison entre Bordeaux et Paris. Les trains partent alors de la gare de Bordeaux-Orléans (Bordeaux-Bastide, devenue aujourd'hui un cinéma), ouverte rive droite. En 1853, la Compagnie de chemin de fer de Bordeaux à La Teste est reprise par Compagnie des chemins de fer du Midi. En 1855, la gare de Bordeaux-Ségur est supprimée et remplacée par la gare Bordeaux-Saint-Jean. On a alors deux réseaux principaux avec deux gares principales appartenant à deux compagnies différentes. Cette situation s'explique par le fait qu'il n'y avait pas de pont ferroviaire permettant de traverser la Garonne. Les voyageurs partant de Paris et souhaitant se rendre vers le Sud de l'Aquitaine devait descendre à la gare de Bordeaux Orléans, traverser la Garonne et reprendre le train à la gare Saint-Jean. Une passerelle de liaison est construite entre les deux gares en 1860 par Gustave Eiffel. La gare d'Orléans reste cependant la tête de ligne de la Compagnie du Paris-Orléans (vers Clermont-Ferrand, Lyon, Paris). En 1898, la gare Saint-Jean actuelle est construite afin d'accueillir plus de voyageurs. La gare d'Orléans perd alors peu à peu son utilité et la fusion des deux compagnies ferroviaires (Paris-Orléans et Midi) en 1934 et la création de la SNCF en 1938 sonne le glas définitif de cette gare au profit de la gare Saint-Jean. De nos jours, le bâtiment de la gare d'Orléans sert de cinéma.

Bordeaux est de nos jours un noeud ferroviaire important entre Paris et l'Espagne. La gare principale de Bordeaux (gare Saint-Jean) est déservie par de nombreux TGV. Bordeaux est en effet reliée par TGV à Paris-Montparnasse, à Toulouse, à Irun, à Dax, à Hendaye, à Pau... Bordeaux est également reliée par trains corail et par TER à Nantes, Périgueux, Arcachon... Bordeaux possède également deux gares desservies par les trains régionaux, Bénauge et la gare Saint-Louis.

Le réseau ferroviaire bordelais tend à la saturation, due essentiellement au bouchon ferroviaire bordelais. Des concertations et travaux sont en cours pour faire sauter ce bouchon et préparer l'arrivée d'une ligne TGV à grande vitesse à Bordeaux [2].

Transports aériens

Bordeaux est équipé d'un aéroport international, l'Aéroport de Bordeaux-Mérignac. Il se situe sur la commune de Mérignac et est accessible depuis la rocade sortie 11b. L'aéroport de Bordeaux a accueilli 2 928 873 passagers en 2004. Les principales liaisons sont à destination de Paris-Orly, de Lyon, de Londres-Gatwick, de Marseille, de Nice et de Strasbourg.

 

Transports en commun

Bordeaux et son agglomération (la CUB) possède un important réseau de transport en commun. L'ensemble de ces transports en commun est regroupé sous l'appellation TBC pour 'Tram et Bus de la CUB'. Cette entreprise appartient à Connex Bordeaux, société du groupe Connex qui gère le réseau par un contrat de délégation de service public. La TBC a remplacé la CGFTE le 3 juillet 2004 après la réorganisation du réseau suite à la mise en service de la ligne B du Tramway de Bordeaux.


Tramway de Bordeaux

Le réseau est composé de :

  • 3 lignes de tramway (A, B et C)
  • 75 lignes de bus de jour, toutes reliées au tramway (de 1 à 96)
  • 12 lignes de bus de nuit (de S1 à S12)
  • une navette électrique et une navette fluviale sur la Garonne

Ce réseau dessert les 27 communes de la Communauté urbaine de Bordeaux de 5h à 1h du matin.

Bordeaux s’est dotée d’un réseau de tramway dont la première ligne (A) a été inaugurée le 21 décembre 2003. Ce tramway a comme particularité d'utiliser le système d’alimentation par le sol ou APS, Ce qui permet de ne pas installer de caténaires dans les quartiers historiques. La mairie et la CUB ont décidé la création de ce tramway après avoir abandonné un projet de métro léger automatique de type VAL. La création d'un métro à Bordeaux a été annoncée en 1993 mais des études (coût pour la ville : 300 millions de Francs Français) ont montré que le métro n'était pas adapté à la ville de Bordeaux et que la construction serait très chère. Alain Juppé a fini par imposer le tramway avec le soutien de l'opposition socialiste.

La ligne A a été inaugurée le 21 décembre 2003 entre Mériadeck et Lormont/Cenon en présence de Jacques Chirac et d'Alain Juppé alors maire. Les nombreux problèmes techniques dûs à des défaillances de l'APS ont entrainé des retards dans l'ouverture des lignes B et C prévue au printemps 2004. La ligne C sera finalement ouverte le 24 avril 2004 entre les Quinconces et la Gare Saint-Jean. La ligne B sera ouverte partiellement le 15 mai 2004 sur un tronçon de 2,2 km entre les Quinconces et Saint-Nicolas. Le reste de la ligne vers le campus et Pessac ne sera ouvert que le 3 juillet 2004 en même temps que le réseau TBC réorganisé autour du tram. Les trois lignes seront prolongées en 2007.

Quartiers historiques de Bordeaux

  • Caudéran
  • Victoire
  • Nansouty
  • Saint-Michel
  • Capucins
  • Hotel de Ville
  • Quinconces
  • Fondaudège
  • Chartrons
  • Saint-Jean
  • Sainte-Croix
  • Belcier
  • Bastide
  • Mériadeck
  • Bordeaux Lac
  • Bacalan
  • Saint Genès
  • Le Grand Parc
  • Saint-Pierre
  • Saint-Michel
  • Saint-Augustin
  • Le Tondu

Bordeaux-Lac : Il réunit, autour d'un plan d’eau de 160 hectares, un parc des expositions, un palais des congrès, un centre hôtelier, une base de plein air et de loisirs, un parc floral et un vélodrome. De nombreuses manifestations s’y déroulent : la foire internationale, Vinexpo, le jumping international, les six jours cyclistes de Bordeaux ...

A noter que la mairie de Bordeaux a créé en 1995 des quartiers "administratifs", notamment dans le but de créer des conseils de quartiers. Ceux-ci regroupent parfois plusieurs quartiers historiques différents

Quartier Hôtel de Ville, Bordeaux

Quartier Meriadeck, Bordeaux

Quartier Meriadeck, Bordeaux

photo aerienne de bordeaux photo aérienne de Bordeaux

 

Culture et patrimoine

Bordeaux est classée Ville d'Art et d'Histoire. Le secteur sauvegardé est un des plus vastes de France (150 ha). Une partie de ce patrimoine concourt au titre de patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le tramway a une alimentation par le sol sur la majeure partie de son tracé.

Monuments

Monument aux Girondins

Monument aux Girondins

C'est en 1881, à l'approche du centenaire de la Révolution, que la ville de Bordeaux émit le vœu d'ériger ce monument aux Girondins et à la République, à la mémoire des députés Girondins victimes de la Terreur, apportant ainsi les preuves de sa fidélité à la IIIe République et à ses anciens. Mais le monument ne fut construit qu'entre 1894 et 1902 sur la place des Quinconces, cette immense place au cœur de Bordeaux, où trônait jadis le Château Trompette

Le monument a été conçu par l'architecte Victor Rich et le sculpteur bordelais Achille Dumilâtre. Ils ont élevé une colonne, placée au centre de deux demi-bassins, surmontée à 43 mètres du sol, par le Génie de la Liberté brisant ses fers. D'autres statues complètent l'ensemble : le Coq Gaulois, la Tribune, l’Éloquence et l’Histoire, tournées vers le fleuve, constituent la dédicace de ce monument aux députés Girondins ; de l'autre côté, regardant vers la ville, trois statues de femmes représentent la ville de Bordeaux, la Garonne ainsi que la Dordogne. Enlevées durant la Seconde guerre mondiale pour récupérer le métal, tous ces éléments ne retrouveront leur place initiale qu'en 1983.

Dans le bassin tourné vers le Grand Théâtre, c'est « le Triomphe de la République » qui a été choisi comme thème, avec des statues représentant le travail et la sécurité, symbolisés par le Forgeron et le Lion. Dans le second bassin, orienté vers le jardin public, c'est le Triomphe de la Concorde qui protège la Fraternité et l' Abondance, source de la prospérité du Commerce et de l' Industrie, symbolisés par les trois enfants à gauche, tandis que les Arts sont représentés par les trois autres enfants à droite. Dans ce bassin, les chevaux de Gustave Debrie amènent le Bonheur - exprimé par un dauphin - au chérubin.

Une restauration du monument des Girondins, rendue nécessaire pour des raisons de sécurité devait démarrer au début du mois d'avril 2006.

Pour approfondir, voir l'article place des Quinconces.

Grand Théâtre (place de la Comédie)

Grand Théâtre Photo aérienne de Bordeaux

 

Grand Théâtre

La place de la Comédie se trouve sur l'emplacement du forum gallo-romain où étaient situés les Piliers de Tutelle (Tutela, déesse protectrice de la ville).

Classé monument historique, le Grand Théâtre a été édifié par l'architecte Victor Louis entre 1773 et 1780. Exemple parfait d'un théâtre à l'italienne. Dernière restauration en 1991. Depuis il a retrouvé sa décoration intérieure d'origine (marbre, or et bleu). Sa façade est composée de douze colonnes corinthiennes et ornée de douze statues de pierre représentant les neuf muses et trois déesses : (Junon, Vénus, Minerve). Certaines scènes du film Beaumarchais l'insolent y ont été tournées.

Allées de Tourny (près de la place de la Comédie)

Cette esplanade fut aménagée entre 1743 et 1757 par l'intendant Tourny. Large de 65 mètres et longue de 265 mètres, elle est bordée du côté pair d'immeubles à façades Louis XV. Ces derniers ne comportaient à l'origine qu'un rez-de-chaussée et un étage. La plupart d'entre eux furent rehaussés après la destruction du château Trompette à l'emplacement de l'actuelle place des Quinconces car ils ne gênaient plus les tirs de canon. Les immeubles situés du côté impair ont été construits au XIXe siècle. Le carrousel est présent sur la place tout au long de l'année.

Cours de l'Intendance

Il relie la place de la Comédie à la place Gambetta. Avec le cours Georges-Clemenceau et les allées de Tourny, il forme un triangle dont le centre est la place des Grands Hommes, triangle appelé par les bordelais le "triangle d'or" puisque les magasins les plus prestigieux de la ville y sont regroupés. Le tracé du cours de l'Intendance correspond à celui des fossés nord de la première enceinte fortifiée de la ville, au IVe siècle.

Au XIe siècle, les Bordelais comblent ces fossés et créent une rue à laquelle ils donnent le nom de "fossés de Campaure". Par la suite cette rue changea encore plusieurs fois de nom : "fossés de l'Intendance" en 1707, "fossés Marat" sous la Révolution.

Pont de Pierre

Pont de Pierre Photo aérienne de Bordeaux

Il relie la rive gauche au quartier de la Bastide. Premier pont sur la Garonne, il fut construit sur ordre de Napoléon Ier entre 1810 et 1822. Durant douze ans les bâtisseurs durent faire face à de nombreux problèmes en raison du courant très fort à cet endroit-là. C'est grâce à une cloche à plongée empruntée aux Britanniques que les piliers du pont purent être stabilisés. Il compte dix-sept arches (nombre de lettres dans le nom de Napoléon Bonaparte). Sur les côtés, chaque pile de briques est rehaussée d'un médaillon blanc en l'honneur de l'empereur. Il porte aussi les petites armoiries de la ville (les trois croissants entrelacés). Ce pont fut le seul jusqu'en 1965.

Cathédrale Saint-André et Tour Pey Berland

Photo aérienne de Bordeaux

 

Du nom de l'archevêque de la ville en 1430 (mort en 1458) qui créa la première université de Bordeaux vers 1440. Il est inhumé derrière le maître autel de la cathédrale.

Consacrée par le pape Urbain II en 1096, la cathédrale est bâtie sur un plan en croix latine à nef unique de 124 mètres de long. Conçue pour avoir quatre clochers, deux seulement ont leur flèche (côté rue Vital-Carles) car on se rend vite compte que la cathédrale est trop lourde pour le sol marécageux et s'enfonce. La construction des deux autres clochers est alors abandonnée. Du premier édifice roman du XIe siècle il ne reste que les murs intérieurs de la nef. La porte Royale date de la première moitié du XIIIe siècle tandis que le chevet et le transept remontent aux XIVe siècle et XVe siècle.

Parmi les évènements liés à cet édifice il y a le mariage d'Aliénor d'Aquitaine avec Louis VII, futur roi de France, en 1137. La cathédrale est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1998.

La tour Pey Berland, isolée du reste de l'édifice, a été construite entre 1440 et 1450. Elle est quadrangulaire avec des contreforts, une galerie extérieure et une flèche octogonale avec au sommet, une statue de Notre-Dame d'Aquitaine réalisée en 1862 et restaurée dernièrement.

 

Église Sainte-Croix

Sur l'emplacement d'une abbaye détruite par les sarrasins, reconstruite par les carolingiens puis détruite par les normands en 845 et en 864. De l'ancienne abbatiale des bénédictins édifiée entre le XIIe et le XIIIe siècle ne subsistent que les murs de la nef et quelques vestiges du mobilier. En effet l'église a été presque entièrement reconstruite par Paul Abadie au XIXe siècle. Sur la façade de style roman, les portails sculptés représentent l'avarice et la luxure. À l'intérieur se trouve un orgue réalisé au XVIIIe siècle par Dom Bédos de Celles.

Basilique Saint-Michel (place Meynard)

Clocher de la Basilique Saint-Michel

Basilique Saint-Michel

Église de style gothique flamboyant construite entre la fin du XIVe siècle et le XVIe siècle. La chaire est de Feyneau et représente saint Michel terrassant le dragon. Les vitraux furent détruits lors des bombardements en 1940. Clocher isolé de 114 mètres de haut, construit au XVe siècle. En 1881 fut découvert un cimetière gallo-romain et des catacombes sous la tour. Monument classé historique.

Place du Chapelet

Elle est construite consécutivement aux événements de 1675. Entre les allées de Tourny et le marché des Grands Hommes. Ancienne très belle chapelle des Dominicains bâtie entre 1684 et 1707, l'Église prend le nom de Notre-Dame sous le Concordat. Elle est classée monument historique. Son cloître est la Cour Mably. Construit en 1684 sur les plans de l'architecte Michel Duplessy, ce bâtiment est le second couvent des Jacobins. Le premier est détruit en 1678. De 1797 à 1885 il est occupé par la Manutention militaire. À partir de 1886 il est rénové et transformé en Bibliothèque municipale. Il abrita également le Musée des Antiquités à partir 1887. La présence en ces lieux de la Chambre Régionale de la Cour des Comptes est très récente, 1994.

Place du Parlement

Née sous le nom de place du Marché Royal, elle est rebaptisée place de la Liberté à la Révolution. Ordonnancée de style Louis XV. Les immeubles qui la bordent, datent de la première moitié du XVIIIe siècle. Les façades sont très richement décorées. Elles sont ordonnées en travées construites sur trois niveaux avec hiérarchie des baies, séparées horizontalement par un jeu de bandeaux ponctués de mascarons et d'agrafes. Elles sont surmontées de balustrades. La fontaine centrale date du Second Empire. Le sol, refait en 1980, se compose de grandes dalles de calcaire doré.


Le palais archiépiscopal, construit entre 1771 et 1784. C'est l'archevêque Mériadec de Rohan qui lui donne son nom puisque le palais fut construit à sa demande même s'il n'y a pas vécu.

Il devint l'hôtel de ville de Bordeaux en 1835 après avoir été résidence impériale de Napoléon Ier. Achevé en 1786 par Étienne et Bonfin. Sur les deux côtés de la cour des bâtiments bas relient le corps de logis à une colonnade. La façade postérieure est prolongée par deux pavillons bas à balustres dont les baies sont surmontées de guirlandes.

Malgré des modifications, l'intérieur a conservé le grand escalier d'honneur et une suite de salons au rez-de-chaussée avec boiseries et trompe-l'œil. Deux décors (un pompéien et un plus antique) évoquent le raffinement des intérieurs bordelais du XVIIIe siècle.

Palais Gallien, dernier vestige de l'époque gallo-romaine.

Palais Gallien
Palais Gallien

L'Amphithéâtre dit Palais Gallien doit son nom à l’empereur Gallien, qui régna de 253 à 268. Cet édifice est cependant sans doute antérieur. La ville gallo-romaine de Burdigala, capitale de la province d’Aquitaine, a connu sa première période de prospérité au milieu du IIe siècle de notre ère. L’amphithéâtre, construit en bordure de la ville, pouvait accueillir sur ses gradins en bois 15 000 personnes. Il ne reste que quelques travées et arcades, enserrées dans le tissu urbain. Une partie du monument est visible depuis les rues du Docteur Albert-Barraud, Émile-Fourcand ou du Palais-Gallien.

La rue Sainte-Catherine

Principale rue de Bordeaux, c'est la plus longue rue piétonne d'Europe. Jusqu'en 1772, près de la place de la Comédie, se trouvait la Porte Médoc. Depuis la Galerie Bordelaise réalisée en 1833 par Durand on aperçoit la Porte Dijeaux dont le nom est en rapport avec le temple de Jupiter qui se dressait à cet emplacement à l'époque gallo-romaine. Le nom vient de la déformation du gascon "De Jòu" (de Jupiter) qui est la langue traditionnelle de Bordeaux. À l'autre extrémité de la rue Sainte-Catherine se trouve la Porte d'Aquitaine (ancienne Porte Saint-Julien) nommée Porte de la Victoiredepuis la Seconde guerre mondiale. Elle est réalisée par l'architecte Portier en 1752 en pierre de Saint-Macaire (pierre qui devient dure et rosée). Sur le fronton triangulaire sont sculptées les armes royales dans une coquille bivalve. Au centre de la rue Sainte-Catherine se trouve la place Saint-Projet (évêque auvergnat mort en 674). La croix de carrefour fut restaurée en 1977; elle se trouvait au centre d'un cimetière depuis 1392. L'église se trouvait au sud de cette place et il en reste la tour clocher. La fontaine a été réalisée vers 1715.

Porte Cailhau (place du Palais)

Porte Cailhau
Porte Cailhau

Elle faisait partie des remparts de la ville. Au Xe siècle, la place du Palais bordait le Palais de l'Ombrière, résidence des ducs de Guyenne. Le futur roi de France, Louis VII, y séjourna à l'occasion de son passage à Bordeaux pour son mariage avec Aliénor d'Aquitaine. Au XIIIe siècle, le palais fut remplacé par un autre. À partir de 1462, le Parlement de Bordeaux y siégea. Ravagé par plusieurs incendies (1597, 1704), il fut démoli en 1800, permettant ainsi l'ouverture de l'actuelle rue du Palais de l'Ombrière. Au fond de la place du Palais se dresse la Porte Cailhau. Son nom évoque les cailloux accumulés à ses pieds par la Garonne qui servaient à lester les navires.

Élevée dans un style gothique Renaissance (mâchicoulis, toitures aiguës de 35 mètres de haut, lucarnes, lanternes) au XVe siècle, en souvenir de la victoire remportée en 1495 par Charles VIII à Fornoue, elle faisait office d'arc de triomphe et de porte défensive (présence d'une niche à l'effigie du roi).

Classée monument historique. Restaurée au XIXe siècle (1822), les bas reliefs abîmés sont au Musée d'Aquitaine.


 

La Grosse Cloche

C'est un des rares monuments civils (avec la porte Cailhau) que la ville conserve du Moyen Âge. Elle vient d'être restaurée. C'est le beffroi de l'ancien hôtel de ville; elle figure d'ailleurs sur les armoiries de la ville. Elle a été édifiée au XVe siècle sur les restes de l'ancienne Porte Saint-Éloy du XIIIe siècle (adossée à l'église Saint-Éloi du XIIe siècle). Elle est composée de deux tours circulaires de 40 mètres de haut reliées par un bâtiment central. À l'origine il y avait six tours crénelées. La cloche est coulée en 1775 par Turmel et elle pèse 7 800 kg. L'horloge est réalisée en 1759 sur les plans du mathématicien Larroque.

L'Église Saint-Éloi

Depuis sa mise à disposition de la fraternité Saint-Pie-X par l'ancien maire Alain Juppé, le monument est au centre d'une polémique. Le 10 décembre 2002, le tribunal administratif de Bordeaux a annulé la délibération prise le 28 janvier 2002 concernant cette mise à disposition. Le jugement a été confirmé en Cour administrative d'appel le 27 avril 2004. Enfin, le pourvoi en cassation de cette "Association église Saint-Éloi" a été rejeté par le Conseil d'État le 2 mars 2005. Les décisions de justice n'ont pas encore été exécutées et l'église demeure le siège des traditionnalistes catholiques bordelais.


Place de la Bourse

Réalisée sous l'intendance de Boucher par l'architecte du roi, Gabriel, entre 1730 et 1775, la place de la Bourse est la première brèche dans les remparts du Moyen Âge et est destinée à servir de somptueux écrin à la statue équestre, détruite à la Révolution, du roi de France Louis XV. Elle est inaugurée en 1749, symbole de la prospérité de la ville. Successivement appelée place Royale, place de la Liberté pendant la Révolution, place impériale sous Napoléon Ier, puis à nouveau place Royale à la Restauration. En 1848, à la chute de Louis-Philippe Ier, elle devient place de la Bourse.

L'intendant Boucher veut ouvrir la ville sur le fleuve. Il souhaite moderniser Bordeaux et offrir un visage de la ville plus accueillant à l'étranger qui vient par la rive droite de la Garonne. On supprime une partie des murailles qui ceinturent Bordeaux et on construit une place Royale. Une statue équestre du roi Louis XV est placée en son centre.

Fontaine des Trois Grâces

À la Révolution la statue est remplacée par un "arbre de la Liberté". Elle prend le nom de "Place Impériale" à l'occasion de la venue de Napoléon Ier. En 1828, sous la Restauration, la ville élève une modeste fontaine, en forme de colonne de marbre rose surmontée d'un chapiteau blanc et d'un globe, à l'emplacement de la statue équestre disparue à la Révolution. Elle est remplacée par l'actuelle fontaine des "Trois grâces" en 1869 (l'impératrice Eugénie, la reine Victoria et Isabelle II d'Espagne) de Visconti (1865)

Cette place est une des œuvres les plus représentatives de l'art architectural classique français du XVIIIe siècle. Au nord se tenait le Palais de la Bourse (actuels Chambre de Commerce et de l'Industrie de Bordeaux et bureau de la Poste) et au sud l'Hôtel des Fermes (actuelle Direction Interrégionale des Douanes et Droits Indirects qui abrite en son sein le Musée des Douanes). Ce dernier est réalisé par Gabriel et les sculptures représentent Minerve protégeant les arts et Mercure favorisant le commerce de la ville.

Les frontons des autres bâtiments et les mascarons sont sculptés par Verbeckt, Vernet et Prome. Les frontons représentent : la grandeur des princes, Neptune ouvrant le commerce, la jonction Garonne-Dordogne, le Temps découvrant la Vérité.

Les mascarons sont des hommes barbus et des jeunes filles. Le cadran de l'horloge est d'Hustin, un faïencier bordelais et l'intérieur est composé de tableaux et de tapisseries des Gobelins.

Place Saint-Pierre

Église Saint-Pierre
Église Saint Pierre

La place Saint-Pierre n'existait pas du temps des gallo-romains. C'était autrefois l'entrée du port intérieur de la ville, le port navigère. L'église Saint-Pierre est construite sur le mur nord de l'ancien chenal de passage. Elle a été construite au XVe siècle et fut remaniée en grande partie au XIXe siècle mais le portail de style gothique flamboyant, la porte sud et le chœur sont d'origine.


Place de la victoire

 

 

Espaces verts

  • Jardin Public [3]

Il est créé en 1746 à l'initiative de l'intendant Tourny (14 hectares environ). Rejoignant les idées des Humanistes, il veut fournir aux bordelais un cadre agréable, propre à leur conserver une bonne santé. Les plans sont dessinés par Jacques Ange Gabriel. Le jardin est fermé par des grilles en fer forgé et de nombreuses statues sont présentes dans le jardin (Fernand Lafargue, Ulysse Gayon, Alexis Millardet, Carle Vernet : tous défenseurs de la vigne). La volonté de Tourny est de réunir la ville aux faubourgs Saint-Seurin et des Chartrons.

Au bout de la terrasse se trouve l'hôtel de Lisleferme de l'architecte Bonfin. Il abrite l'actuel Muséum d'Histoire naturelle. À la Révolution on y arrache les fleurs et les arbustes pour y mettre des pelouses, ne conservant que les grands arbres. Le jardin sert alors de cadre aux cérémonies officielles et aux bals champêtres. En 1856 on décide de le rénover. Des passerelles (de Fischer et Escarpit) sont installées de la largeur des crinolines. Armand et Guibert créent un parc à l'anglaise. Buguet refait la terrasse et implante un bassin, les grilles du jardin sont refondues (celles d'origines subsistent entre la rue Ducau et la place Longchamp ainsi que sur la place du Champ-de-Mars). Des statues sont placées sur l'esplanade de Buguet : Diane (Gabies), Jeunesse et Chimère (Granet), Maxime Lalanne (un aquafortiste bordelais), Rosa Bonheur (peintre animalier).

En 1970 sont reprises les grilles du cours de Verdun (7500 feuilles d'or furent nécessaires aux artisans Bernard, Blot et Lorette).

Photo aérienne Bordeaux - Jardin Public Photo aérienne Bordeaux - Jardin Botanique
Parc Bordelais                                        Jardin Public

Musées

Le Jour des morts (William Bouguereau) - Musée des Beaux-Arts

Le Jour des morts (William Bouguereau) - Musée des Beaux-Arts

Le croiseur Colbert

Le croiseur Colbert

Sports

Personnalités

Personnes célèbres nées à Bordeaux

Célèbres résidents

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qualité de l'air en Aquitaine

Mesures de qualité de l'air en Aquitaine.

Cliquez sur la carte pour consulter les indices, avec l'association AIRAQ

Carte de la qualité de l'air en Aquitaine